02 novembre 2017

Hero(t)ic Piratery

En figurine d'art, on sépare généralement les genres en deux grandes catégories : la figurine historique et la figurine fantastique.
Mais on a de temps en temps des sujets historiques qui sont traités de façon suffisamment "légère" qu'on passe de façon plus ou moins prononcée par-dessus cette ligne de séparation.

Un domaine où ça arrive de façon assez régulière, c'est le "pirate" (des Caraïbes de préférence).
Et comme deux de ces pirates sont des dames (Ann Bonny et Mary Read), elles ont déjà été revisitées à plusieurs reprises de façon plutôt "glamour".

C'est encore le cas dans les nouvelles sorties chez Scale 75 où on trouve cette fois Mary Read en 75mm et sous forme de buste (avec ou sans perroquet et avec ou sans flingue).
Celle de plein pied est, à mon goût, et malgré le traitement "fantas(ti)que", tout à fait réussie. Malheureusement, le prix est tel que je vais m'abstenir.
Le buste se prêtera plus à un travail de décoration à main levée sur le (fli ?)bustier.  Enfin, pour ceux qui en sont capables.



Parmi leurs autres nouveautés, on trouve aussi ce nain, pas si petit que ça, puisqu'il est lui aussi traité en 75mm.  Il est plutôt pas mal, mais ne tient évidemment pas la comparaison avec la demoiselle ci-dessus.



Le reste des nouveautés concerne du modélisme orienté Panzers, ce qui n'est pas du tout ma tasse de schnaps.

31 octobre 2017

Et pour une amazone de plus

Le KS de Fireforge pour l'équipe d'amazones est en train de faire du sur place.

Heureusement, ils viennent d'annoncer que le palier qui suit celui qui sera atteint en fin de campagne sera également offert aux participants.

Peut-être que ça va un peu booster les choses, même si j'en doute.  Ils ont été assez nuls côté marketing, surtout si on compare à la machine de guerre qu'est Greebo Games en la matière.

Mais surtout, ça devrait permettre d'atteindre la fig qui m'intéresse le plus, si tous les ventres mous voulaient bien cesser de retirer leurs billes sans arrêt (en principe, quand on participe, c'est une sorte de contrat ; on s'engage), car il ne manque qu'une centaine d'euros pour atteindre le palier qui la précède.

Voici l'élue de mon cœur ;-)


Allez, reste une semaine.  On va quand même bien y arriver, nom d'une petite bonne femme en résine.

EDIT 03/11/17 : Ouf, ça y est.  Après une nouvelle période de yo-yo, les 13.000€ ont été atteints, débloquant du coup aussi cette fameuse amazone "bavaroise".
Avoir la kickeuse suivante serait pas mal, mais si on n'y arrive pas (ce qui sera sans doute le cas, à moins d'une ruée de dernière minute), je n'en ferai pas un drame.
En tout cas, ça s'est nettement moins bien passé que je l'espérais au départ.

10 octobre 2017

Amazing Amazons unavailable on Amazon

Depuis la dernière incarnation de Bloodbowl, avec des figurines qui ont pris de l'embonpoint (à une époque, on jouait en 25mm, puis on est passé en 28, la norme est maintenant plutôt au 32), on voit fleurir une flopée de financements participatifs pour des équipes de "Fantasy Football".

Le dernier super succès en date était une équipe d'elfes noirs par Greebo Games.  Mais j'ai jamais aimé les elfes noirs, surtout en version GW.

Par contre, depuis hier soir, il y a un nouveau Kickstarter pour une équipe d'amazones.  Et voilà qui m'interpelle nettement plus.  Le ticket pour l'équipe de base est assez élevé, mais si la totalité des bonus est débloquée, ça peut devenir plus intéressant.  A comparer avec les valkyries déjà disponibles chez Sukubus si une équipe féminine vous tente (ils ont de leur côté une précommande en cours pour relancer une production).

Je trouve malheureusement que la peinture des figurines Fireforge ne leur rend pas justice.


29 septembre 2017

As Seen On TV...

Pour les vieux gamers nostalgiques des séries télés un peu bizarres de leur enfance, Crooked Dice vient de lancer une pré-commande à prix réduit pour une réimpression de la boîte de la 2e édition de 7TV.
Pour 40£ ou 60£ avec deux factions au choix (huit figurines chaque).  Les frais de port ont l'air tout à fait raisonnables.  Par contre, on se sentira probablement obligé d'étoffer la collection de figurines avec des tas de machins.  Aie la tirelire.  Je suis tenté, mais je vais probablement résister.

18 août 2017

Stock de (champignons des) bois

If every vampire who said he was at the crucifixion was actually there, it would've been like Woodstock.

Suite à un concours sur Classic 21 qui permettait de gagner une guitare PRS "Santana" et pour lequel il fallait donner le nom d'un célèbre festival, je me suis réécouté le premier album de Carlos (non, pas celui qui était tout nu et tout bronzé).

Pour la petite histoire, j'ai découvert cet album quand j'avais 14 ou 15 ans, après avoir écouté en cour de récré des gars un peu plus vieux que moi qui parlaient de guitaristes.  J'avais attrapé leur conversation alors qu'ils en étaient à Van Halen, puis l'un d'eux avait évoqué cet album de Santana et l'autre avait répondu par un "ah oui, celui avec le lion sur la pochette ?", ce à quoi son camarade avait répondu "en fait, c'est pas un lion, c'est des gonzesses à poil".  Je ne connaissais Santana que par Europa à ce moment-là.

Et plus tard, en fouillant les bacs du disquaire du coin (et oui, ça existait encore à l'époque), j'étais tombé sur l'album en question, me permettant de juger que le commentaire du gaillard avait été un poil exagéré.  Mais après avoir écouté un extrait, j'étais reparti avec le machin sous le bras (ou plus vraisemblablement dans un sac plastique).

I was actually at Woodstock. That was a weird gig. I fed off a flower person and I spent the next six hours watchin' my hand move.

Petit extrait du concert lors du fameux festival.  On voit qu'ils sont plusieurs à avoir pris des trucs, mais, si on juge aux effets, pas tous la même chose :



Et pour répondre à la question que vous vous posez tous : non, je n'ai pas gagné la guitare :'-(

17 juillet 2017

Il faut tourner la page

Le nouveau Docteur est une femme.
C'est juste un petit choc, il y a déjà un moment que c'est dans l'air.

Mais surtout, surtout...  Moffat, l'homme d'une seule idée (aussi géniale fut-elle), celui qui a failli tuer Docteur Who, est aussi remplacé.

On peut donc espérer que le nouveau Docteur ne sera pas une triste farce comme l'a été le dernier Master.  Et que la série va repartir d'un bon pied.  On y croit !

29 juin 2017

Les plus courtes sont toujours les meilleures

Voici donc ma critique d'Automobilista, la simulation de course de voitures de chez Reiza :
C'est tout simplement la meilleure actuellement. La qualité du retour de force est inégalée.

Et comme ce sont les soldes d'été sur Steam, le jeu est à 8.39€ (déja bien comme ça, mais avec le season pass, qui donne accès à tout le contenu, on arrive à 26.88€ ; autant dire que c'est donné).


Schrödinger's Witch

I'm a time traveler.  Or, I was.  I'm stuck.  In 1851.

J'ai lu The Rise and Fall of D.O.D.O. par Neal Stephenson et Nicole Galland.
Je suis fan du premier et n'ai rien lu d'autre de la seconde.

En résumé, la magie existait par le passé, mais s'est peu à peu affaiblie, jusqu'à disparaître totalement en 1851.  La raison étant que la technologie et la magie ne peuvent coexister.  Et que l'une a fini par remplacer l'autre.  Une agence secrète américaine (D.O.D.O.)  entreprend de construire un appareil qui est une application pratique de la physique quantique et qui devrait permettre de restaurer un environnement où l'utilisation de la magie est possible.  La technologie va donc permettre à la magie de renaître.  Ne reste qu'à trouver une sorcière et -coïncidence- voilà qu'il s'en présente une !
Mais le pentagone trapézoïde (on sent bien où on va en venir) ne fait pas ça pour la science. On va utiliser la sorcière dans la boîte afin de gagner des avantages stratégiques en envoyant, grâce à un sort, des agents dans le passé, de sorte à modifier l'avenir (it started well, that sentence).  Mais tout ça ne fonctionne pas aussi simplement que ça.  Ca permet juste de modifier la probabilité que tel ou tel événement se produise à l'avenir.  Il n'y a pas a strict progression from cause to effect.  Et il faudra intervenir dans plusieurs brins du passé (on suggère des univers parallèles, liés entre eux) avant d'obtenir un résultat.
Et puis bardaf! tout part en couille sucette.

J'ai adoré le début, franchement hilarant.  Le passage du petit "bureau" bricolé à une organisation qui fait immanquablement penser à Dilbert est un peu moins agréable dans la longueur.  Le voyage dans le temps vient forcément avec ses quelques paradoxes.  Le dernier d'entre eux est d'ailleurs commenté par un des deux héros principaux de telle sorte que ça fait penser à un clin d'oeil (peut-être que je me fais des idées).  La fin est tout à fait décevante, dans le sens où elle n'apporte pas de résolution.  Elle ouvre grand la porte à une suite, mais dont on voit mal comment elle ne serait pas un réchauffé du présent tome.
Dans l'ensemble, même si le paragraphe ci-dessus peut sembler plutôt négatif, la lecture était tout à fait agréable. J'ai dévoré ce bouquin.

Pour ce qui est de la présentation, l'histoire étant racontée au travers de différents documents (le rapport écrit par Mel qui est coincée dans le passé, des présentations PowerPoint, des extraits de messagerie électronique, des lettres, etc...), chacun se voit imprimé sur un fond différent, simulant ici un parchemin, là un carnet bloc-notes, etc...   C'est sympa, mais mon édition Kindle (la moins chère des deux disponibles) a eu un peu de mal.  Ces fonds ont parfois posé des problèmes d'affichage en fin de page, m'obligeant à faire un "page précédente / page suivante" pour obtenir l'affichage complet du texte.

Je pensais au départ bien voir où était la patte de Stephenson et celle de sa partenaire d'écriture. Mais ensuite, j'ai bien dû me rendre compte que n'était pas si facile que ça.  Ca m'incite à découvrir un autre ouvrage de Nicole Galland.

Si, de votre côté, vous voulez découvrir Stephenson, je pense que Cryptonomicon reste toujours son oeuvre de référence.  Mais TRAFODODO (c'est dans l'esprit du livre ^^) est très bien aussi (plus digeste que Reamde! pour les trucs récents).